Parallélépipède aux lignes pures coiffé d’une verrière signée de l’architecte Norman Foster, le nom du musée s’inspire de la Maison Carrée, fleuron antique de Nîmes.

© David Huguenin

Parallélépipède aux lignes pures coiffé d’une verrière signée de l’architecte Norman Foster, le nom du musée s’inspire de la Maison Carrée, fleuron antique de Nîmes.

Programmation

Passing, 2020
Father form, 2017
The Window, 2020, poudre de fusain sur papier, 42 x 29,7 cm.

Mirrorbody, Tarik Kiswanson

L’exposition de Kiswanson à Carré d’art rassemble des œuvres qui abordent des questions de déracinement, de transformation, de multiplication, de désintégration, de mémoire et de temps - autant de considérations centrales dans l’exploration continue par l’artiste de la condition humaine. Cette exposition est la première exposition personnelle muséale en France.
Commissaire : Jean-Marc Prevost.

Rotating Square, Berlin, 2019, photogramme sur tirage gélatino-argentique
Snejanka Mihaylova (St. Barbara Church) Cairo, 2013, tirage gélatino-argentique
Untitled, nn1_1c/1 Berlin, 2019 Photogram on gelatin silver print, 5 × 7 in
Untitled (Snejanka Mihaylova) Giza, Egypt, 2013, tirage gélatino-argentique

Jeff Weber

En 2013, Jeff Weber entreprend un voyage initiatique en vue d’étudier le christianisme copte et plus spécifiquement sa composante gnostique. Cette idée de la gnose comme cheminement personnel vers la connaissance est entrée en résonance avec son projet photographique Tentative d’une Épistémologie Personnelle et qui constitue une tentative de définition du lieu paradoxal où opère l’artiste, au croisement entre savoir objectif et expérience intime.
Exposition du Grand Arles Express à Carré d’Art
Commissaire : Jean-Marc Prevost

- Image extraite des films. © Jocelyn Cottencin/ADAGP Paris 2021
- Image extraite des films. © Jocelyn Cottencin/ADAGP Paris 2021
Image extraite des films. © Jocelyn Cottencin/ADAGP Paris 2021
Image extraite des films. © Jocelyn Cottencin/ADAGP Paris 2021
Vue de l’installation à Passerelle, centre d’art, Brest. Photographie © Aurélien Mole. © Jocelyn Cottencin/ADAGP Paris 2021
Vue de l’installation à Passerelle, centre d’art, Brest. Photographie © Aurélien Mole. © Jocelyn Cottencin/ADAGP Paris 2021
Vue de l’installation au LIFE, centre d’art le Grand Café, Saint Nazaire, 2020. Photographie © Marc Domage. © Jocelyn Cottencin/ADAGP Paris 2021
Vue de l’installation au LIFE, centre d’art le Grand Café, Saint Nazaire, 2020. Photographie © Marc Domage. © Jocelyn Cottencin/ADAGP Paris 2021

De vertical, devenir horizontal, étale

Emmanuelle Huynh et Jocelyn Cottencin ont initié en 2014 une recherche s’intéressant aux territoires urbains à partir de gestes et de mouvements, à l’histoire et aux présents des lieux.

Le premier chapitre de cette série de portraits de villes, est celui de New York « A Taxi driver, an Architect and the High Line » (2016), le second celui de Saint Nazaire « Nous venons de trop loin pour oublier qui nous sommes » (2019). Au travers des modalités de rencontres avec les habitants et les énergies présentes sur place, ils collectent des paroles et prolongent des gestes, des mémoires, engagent des actions, des expériences.

Emmanuelle Huynh et Jocelyn Cottencin viennent de disciplines différentes, pour la première la danse et la performance, pour le second les arts visuels, le graphisme, le film mais ils partagent des questions récurrentes dans leurs travaux respectifs qui trouvent dans cette collaboration un territoire d’amplification et d’expérimentation.

The anxiety of incompleteness, détail, 2019, vidéo HD, 6’. Courtesy de l’artiste
The anxiety of incompleteness, détail, 2019, vidéo HD, 6’. Courtesy de l’artiste
Neshoba County Fair, 2012, installation vidéo (6’39’’) et 27 dessins au crayon sur papier par Horace Taylor (1942-1956), 29,2 x 20,3 cm chacun. Courtesy de l’artiste & Vielmetter Los Angeles. Edité par Fil Rüting.
Neshoba County Fair, 2012, installation vidéo (6’39’’) et 27 dessins au crayon sur papier par Horace Taylor (1942-1956), 29,2 x 20,3 cm chacun. Courtesy de l’artiste & Vielmetter Los Angeles. Edité par Fil Rüting.
Our House -1 (Time), détail, 2015-2016, vidéo, 59’. Courtesy de l’artiste & Crèvecoeur, Paris
Our House -1 (Time), détail, 2015-2016, vidéo, 59’. Courtesy de l’artiste & Crèvecoeur, Paris
Squarefoot, détail, 2020, installation vidéo. Courtesy de l’artiste
Squarefoot, détail, 2020, installation vidéo. Courtesy de l’artiste

Post-performance vidéo, Prospective 1 : Los Angeles

Les quatre artistes vivent à Los Angeles ou ont été formés dans cette ville. La Post Performance est un concept inventé par Marie de Brugerolle, commissaire de l’exposition, pour qualifier l’héritage et l’impact de la performativité sur les arts visuels après les années 1970. L’exposition est un choix d’œuvres exemplaires de cela, sans les labelliser pour autant. Le fil qui les relie est une relation particulière à l’objet et au dessin, en tant que script, accessoire, décor ou contre-point à l’image projetée.

Artistes : Coleman Collins, Rodney Mc Millian, Nathaniel Mellors, Anna Wittenberg

Sans titre, 2013, peinture sur toile, 35 x 45 cm. Collection Carré d’Art-Musée d’art contemporain, Nîmes. © Etel Adnan
Sans titre, 2013, peinture sur toile, 35 x 45 cm. Collection Carré d’Art-Musée d’art contemporain, Nîmes. © Etel Adnan
Côté Couleurs, Côté Douleurs, 1969, deux plaques d’acier, peinture verte, 120 x 200 x 12 cm. Collection Carré d’Art-Musée d’art contemporain, Nîmes. Photo Courtesy de l’artiste & Galerie Micheline Szwajcer. © Lili Duj
Côté Couleurs, Côté Douleurs, 1969, deux plaques d’acier, peinture verte, 120 x 200 x 12 cm. Collection Carré d’Art-Musée d’art contemporain, Nîmes. Photo Courtesy de l’artiste & Galerie Micheline Szwajcer. © Lili Duj
Stone cathedral, 2019, huile sur toile, 275,6 x 222,6 cm. Courtesy de l’artiste et David Zwirner. © Suzan Frecon/ADAGP, Paris 2021
Stone cathedral, 2019, huile sur toile, 275,6 x 222,6 cm. Courtesy de l’artiste et David Zwirner. © Suzan Frecon/ADAGP, Paris 2021
Reliefs serie C, 1967-2020, aluminium peint, 125 x 40 x 40 cm. Collection Carré d’Art-Musée d’art contemporain, Nîmes. © Charlotte Posenenske. Photo Jan Windszus, Berlin/ Galerie Mehdi Chouakri
Reliefs serie C, 1967-2020, aluminium peint, 125 x 40 x 40 cm. Collection Carré d’Art-Musée d’art contemporain, Nîmes. © Charlotte Posenenske. Photo Jan Windszus, Berlin/ Galerie Mehdi Chouakri

Suspension / Stillness

Cette exposition rassemble les œuvres d’artistes qui chacune à leur façon permettent de créer un moment suspendu. Elles sont pour la plupart très peu exposées en France alors qu’elles ont une grande visibilité internationale.

Les paysages poétiques et colorés d’Etel Adnan (née en 1925 à Beyrouth au Liban) répondent aux grands tableaux de l’artiste américaine Suzan Frecon (née en 1941 en Pennsylvanie, USA). Les sculptures de Charlotte Posenenske (née en 1930 à Wiesbaden en Allemagne) dialoguent avec les propositions sensibles de Lili Dujourie (née en 1941 à Roulers en Belgique) dans une approche féministe à la fin des années 60. Trisha Donnely (née en 1974 à San Francisco, USA) nous met face à une image fixe qui entraîne de multiples sensations physiques et visuelles.

Artistes : Etel Adnan, Trisha Donnely, Lili Dujourie, Suzan Frecon, Charlotte Posenenske

Accès

Tous les jours sauf le lundi, de 10 h à 18 h.

Place de la Maison-Carrée
30000 Nîmes

  • 33 (0)4 66 76 35 70/35

carreartmusee.com

Repérez d'autres lieux d'art dans un périmètre proche sur la carte.

Découvrez notre carnet de bonnes adresses

CULTURE & PATRIMOINE

Maison Carrée / Arènes de Nîmes / Musée de la Romanité 

Lieux culturels à moins de 60 kilomètres
Collection Lambert, Avignon, Grenier à Sel, Avignon; Luma Arles; Fondation Vincent van Gogh, Arles; Musée Reattu, Arles.

SE LOGER

Royal Hôtel *** : Le charme d’un ancien cloître du XIXe au cœur de ville. / Odalys Le Cheval Blanc
Emplacement exceptionnel, face aux arènes romaines et à 5 minutes à pied de la gare.

SE RESTAURER

Le Ciel de Nîmes : Au dernier étage de Carré d’art. / Le Mauricette : Excellente adresse. / Émile et Simone : Assiettes fromages, charcuterie, végétales, bar à vin. / Le Passage de Virginie : Une fine cuisine d’auteur dans un passage discret.