En vingt-six ans, ce centre d’art contemporain a accueilli plus de 600 artistes en résidence à Marseille et produit plus de 130 expositions. Identifié comme un tremplin dynamique innovant pour les artistes contemporains émergents, Triangle - Astérides s’ancre dans la région, tout en revendiquant le dialogue transnational, au cœur de son projet en tant que membre de Triangle Network, un réseau de 90 partenaires dans 41 pays.

En vingt-six ans, ce centre d’art contemporain a accueilli plus de 600 artistes en résidence à Marseille et produit plus de 130 expositions. Identifié comme un tremplin dynamique innovant pour les artistes contemporains émergents, Triangle - Astérides s’ancre dans la région, tout en revendiquant le dialogue transnational, au cœur de son projet en tant que membre de Triangle Network, un réseau de 90 partenaires dans 41 pays.

Programmation

Barzakh, Lydia Ourahmane

Commissariat : Céline Kopp

Pour sa première exposition personnelle en France, Lydia Ourahmane (Saïda, 1992) présente une nouvelle installation intitulée Barzakh. Ce mot arabe signifiant «barrière» ou «séparation», fait référence à un espace entre le vivant et l’au-delà, ou encore à une langue de terre entre deux mers, un refuge. Avec Barzakh, Lydia Ourahmane se confronte à des enjeux géopolitiques majeurs de notre époque en testant la perméabilité des frontières et les formes d’existence transitoires. Cette exposition est une coproduction de Triangle - Astérides, centre d’art contemporain avec la Kunsthalle de Bâle, avec le soutien du GMEM CNCM Marseille et de Rhizome, Alger.

Silina Syan, Wellcome, installation, 2020, Villa Arson, Nice
Silina Syan, Wellcome, installation, 2020, Villa Arson, Nice. © Marianne Mauclair

Silina Syan en résidence

Le travail de Silina Syan est issu de ses questionnements autour de la notion d’hybridité culturelle. Avoir le sentiment d’être entre-deux. Sa pratique est transdisciplinaire, oscillant entre portraits, photographie de mode, photo-journalisme, documentaire et vidéo. Dans un rapport autobiographique lié à ses différentes origines, et tout en se questionnant sur son lien avec ces communautés, elle y évoque des souvenirs d’enfance, et se réapproprie une histoire ainsi que les récits racontés par ses parents. (…)

Zahra Khodadadi, A Hazara family who lives in caves of Bamyan Province, 2016
Zahra Khodadadi, A Hazara family who lives in caves of Bamyan Province, 2016
Zahra Khodadadi, An Afghan girl in Tape Shuhada, 2021
Zahra Khodadadi, An Afghan girl in Tape Shuhada, 2021

Zahra Khodadadi en résidence

Zahra Khodadadi a commencé la photographie de paysage et la documentation de rue à partir de son propre environnement de vie avec, ayant pour objectif de donner à voir les modes de vie des personnes qui l’entouraient. Elle travaille avec passion auprès des femmes, pour les femmes, et œuvre, à travers ses images, à les faire sortir de l’ombre. Zahra chasses des instants qu’elle photographie, tout en ne se limitant pas à ce seul médium. Elle se sert également du graphisme et du design pour renforcer les messages qu’elle délivre. Zahra Khodadadi a participé à de nombreux ateliers de réalisation, de montage de films, et d’ateliers de peinture murale.

Julie Lovett, Take me to the countryside, solve all my problems and make my life easier, 2019, vidéo, extrait
Julie Lovett, Take me to the countryside, solve all my problems and make my life easier, 2019, vidéo, extrait

Julie Lovett en résidence

Julie Lovett est une artiste visuelle diplômée de la Limerick School of Art and Design de 2003 à 2007. Après y avoir obtenu son diplôme de peinture et désireuse de poursuivre sa production artistique, Julie Lovett s’est installée à Cork où elle a exercé en tant qu’artiste practicienne durant un an. Elle a ensuite obtenu une maîtrise en beaux-arts à l’Université d’Ulster à Belfast (2009-2011), où elle travaille aujourd’hui en tant qu’artiste. La plupart de ses influences proviennent de son éducation et de ses expériences toutes deux liées au milieu rural envers lequel elle éprouve un sentiment d’appartenance.

Mohsin Taasha, Rebirth of the red, part.1, 2017, feuille d’argent et gouache sur papier
Mohsin Taasha, Rebirth of the red, part.1, 2017, feuille d’argent et gouache sur papier.

Mohsin Taasha en résidence

Ses peintures, inspirées par le patrimoine de la culture millénaire de l’ancienne Perse, sont influencées par une esthétique traditionnelle où les formes géométriques et les motifs décoratifs de tapis cohabitent avec la calligraphie coranique pour accueillir des histoires visuelles et narrées. La couleur rouge vif, véritable fil directeur dans l’œuvre de Mohsin Taasha, devient un de ses principaux protagonistes à la symbolique puissante : tantôt synonyme de mort et évocation du sang, elle représente également l’amour, la passion et la vie.

Maurane-Amel Arbouz, Les Amours Jaunes, 2021, Vidéo (23min32). Co-production Hypernuit
Maurane-Amel Arbouz, Les Amours Jaunes, 2021, Vidéo (23min32). Co-production Hypernuit

Maurane-Amel Arbouz en résidence

Maurane-Amel Arbouz est une artiste française d'origine algérienne, née en 1995 à Paris. Diplômée des Beaux Arts de Bordeaux, elle pratique différents médiums tels que la vidéo, le dessin, l'écriture et la performance. Ses (auto)-fictions traitent de maladie mentale et d'anxiété sous les traits de personnages à l'apparence gothique ou rose bonbon.

Rhea Dillon, Atlas’ Duppeee Whoopeee Seat, 2020
Rhea Dillon, Atlas’ Duppeee Whoopeee Seat, 2020

Rhea Dillon en résidence

Rhea Dillon est une artiste, écrivaine et poétesse basée à Londres. À travers sa pratique artistique, elle examine son intérêt pour les "règles de la représentation" comme dispositif visant à saper la culture occidentale contemporaine, tout en cherchant à remettre continuellement en question ce qui constitue l'ontologie de la "blackness" par rapport à l'ontique.

Elle a récemment exposé à V.O Curation, Almine Rech, Peak Gallery et Soft Opening à Londres, Division of Labour au Royaume-Uni, Drawing A Blank à Paris et External Pages, Online net artwork.

Ivan Cheng, Parataxis, OoO, Vienna, 2021
Ivan Cheng, Parataxis, OoO, Vienna, 2021. Photo : Julius Pristauz

Ivan Cheng en résidence

Les performances d'Ivan Cheng sont incomplètes, défaillantes, désespérées et empreintes d'absence. Ivan Cheng est diplômé de l’Institut Sandberg en Etudes Critiques. Il a également étudié à l’Académie Royale de Musique et au Conservatoire de Musique de Sydney. Ses textes ont été montrés durant Les Urbaines (Lausanne), le Volksbühne Roter Salon (Berlin), MuHKA (Antwerp), Nacionalinė dailės galerija (Vilnius), Unsound Festival (Krakow), Carriageworks (Sydney), Federation Square (Melbourne). Il est également performeur, clarinettiste, dramaturge, et prend part depuis 2017 au project space « bologna.cc » qu’il a initié à Amsterdam.

Accès

Expositions, du mercredi au vendredi de 14 h à 19 h,
samedi et dimanche de 13 h à 19 h.
Visites d’ateliers sur rdv :
du lundi au vendredi de 10 h à 18 h.

Friche la Belle de Mai
41, rue Jobin
13003 Marseille
+33 (0)4 95 04 96 11

trianglefrance.org

Repérez d'autres lieux d'art dans un périmètre proche sur la carte.

Découvrez notre carnet de bonnes adresses

GALERIES D’ART CONTEMPORAIN

Galerie de la Scep / Double V Gallery : La galerie d’art contemporain qui a la cote à Marseille. / Galerie Béa-Ba : Un lieu central pour la peinture contemporaine.

CULTURE & PATRIMOINE

Friche Belle de mai : Une fabrique d’art et de culture, et un espace de vie. / Coco Velten : Lieu d’accueil, de travail et de rencontres à la programmation artistique et culturelle participative. / Fotokino : Expositions, projections, ateliers et conférences.

SE LOGER

Les Bords de Mer : Mini-refuge, maxi-vue : 19 chambres tournées vers la grande bleue. / Hôtel Le Ryad
Bien situé en haut de la Canebière en plein centre-ville. / La Résidence du Vieux Port : Hôtel 4 étoiles au décor rétro, inspiré de Le Corbusier et Pouillon. / Tuba Club : Un ancien club de plongée repensé dans le style cabanon artistique aux Goudes. 5 chambres et un restaurant avec vue imprenable sur les Calanques.

SE RESTAURER

Sépia : Cuisine d’inspiration quotidienne au rythme des saisons. Terrasse couverte et vue sur la ville. / La Parenthèse : Tapas à partager en terrasse dans une ruelle calme du quartier de La Vieille Chapelle. / Chez Yassine : Spécialités tunisiennes halal. Un incontournable de la cuisine orientale dans le quartier de Noailles. / Yima : Une cantine orientale familiale dans le quartier de Noailles. / Toïa : Pour les amoureux·ses de ceviche, une savoureuse cuisine élaborée à partir de produits frais et de saison. / La cantine de Lynn : Délicieux petit restaurant, cuisine maison et accueil chaleureux. / Arrosoir Frac : Arrosoir Frac rouvrira ses portes avec la rentrée lundi 7 septembre

EN HAUTEUR

Chez Toit : Le rooftop de la Friche Belle-de-Mai, les vendredis et samedis, un toit-terrasse pour boire un verre, danser et savourer un panorama unique sur Marseille.

BARS À VINS & ÉPICERIE

Les Buvards : Excellente sélection de vins nature et de produits cuisinés simplement mais divinement dans ce bar à vin nature, pionnier en la matière à Marseille. / Épicerie L’Idéal : Du chêvre frais, de l’agneau de Camargue, une excellente sélection de produits du bassin méditerranéen à emporter et plats à déguster sur place. / Maison Geney :
Cantine, traiteur et salon de thé aux produits artisanaux, une cuisine simple et généreuse dans le quartier du Panier.

À DÉCOUVRIR

Lucy Luce : l’atelier-boutique d’une créatrice de bijoux & Organic Sculpture, sculpture sur bois / JoggingJogging ; concept et fashion store

BALADE EN MER

Le Don du Vent : Service de location et de privatisation de bateaux.