Implanté dans l’ancien presbytère du vieux village de Mougins (une réhabilitation signée de Griesmar Architectes et l’Atelier Gabrielli Architecture), le tout nouveau Centre de la photographie de Mougins est dédié à l’image fixe et en mouvement. Cette institution vise à soutenir la production, l’édition et l’exposition de multiples tendances de la photographie contemporaine et à promouvoir la création d’artistes émergents ou confirmés via une résidence d’artiste. L’un des enjeux du Centre est de décliner sa programmation d’expositions à travers un ensemble d’actions pédagogiques en vue d’offrir un espace d’expression et de réflexion entre artistes et public.

Implanté dans l’ancien presbytère du vieux village de Mougins (une réhabilitation signée de Griesmar Architectes et l’Atelier Gabrielli Architecture), le tout nouveau Centre de la photographie de Mougins est dédié à l’image fixe et en mouvement. Cette institution vise à soutenir la production, l’édition et l’exposition de multiples tendances de la photographie contemporaine et à promouvoir la création d’artistes émergents ou confirmés via une résidence d’artiste. L’un des enjeux du Centre est de décliner sa programmation d’expositions à travers un ensemble d’actions pédagogiques en vue d’offrir un espace d’expression et de réflexion entre artistes et public.

Programmation

© Catherine De Clippel, Vodou Legba, 1989, Séko, Togo
© Catherine De Clippel, Vodou Legba, 1989, Séko, Togo
© Catherine De Clippel, Vodou Djagli, Tournage du film Les Dieux-Objets, 1989, Séko, Togo
© Catherine De Clippel, Vodou Djagli, Tournage du film Les Dieux-Objets, 1989, Séko, Togo
© Catherine De Clippel, Vodou Zangbeto, 1989, Séko, Togo
© Catherine De Clippel, Vodou Zangbeto, 1989, Séko, Togo
© Jean-Paul Colleyn, Catherine De Clippel filmant une cérémonie de succession, 1988, Anfouin, Togo
© Jean-Paul Colleyn, Catherine De Clippel filmant une cérémonie de succession, 1988, Anfouin, Togo

Photographier les vodous, Catherine De Clippel

Dans la culture occidentale, la religion vodou a longtemps été considérée comme un tissu de superstitions sanguinaires et maléfiques. On s’est autorisé à catégoriser le vodou au même titre que la magie ou la sorcellerie, reléguant les cultes vodous au rang de pratiques primitives, ancestrales, figées. Or, les vodous nous sont contemporains. Implantés depuis des temps immémoriaux, ils cohabitent aux côtés du christianisme et de l’islam. Aujourd’hui, des manifestations aux caractéristiques politiques et culturelles autour du vodou contribuent à faire évoluer son image.

L’anthropologie visuelle, elle, construit son objet dans la méfiance du mot pour en inscrire d’autres. Plus justes, pour un temps car au plus près du sensible. En acceptant l’idée que l’image enregistrée possède, par contamination culturelle, une puissance symbolique, en la délivrant de sa seule connotation indicielle, de sa nature de trace, elle va au-delà de sa simple représentation. Par là même, elle réinvestit des espaces qu’elle avait abordés avec les surréalistes, le domaine de la poésie et du sensible. Les images de Catherine De Clippel font suite à celles de Pierre Verger, aux pensées d’Alfred Métraux, aux intuitions de Georges Bataille, aux interrogations de Michel Leiris… Car au fil du temps, de tant d’années préparatoires, se dessinent des manières de voir, peut-être des travers, qui déterminent les images que nous croyons muettes mais qui se révèlent si bavardes parce qu’insensiblement instruites.

Commissaires : François Cheval et Yasmine Chemali

Accès

Centre de la photographie
43, rue de l’Église
06250 Mougins
+33 (0)4 22 21 52 12
www.centrephotographiemougins.com

Périodes d'ouverture :

D’avril à septembre :
du mercredi au lundi, 11h-19h

D'octobre à mars :
du mercredi au dimanche, 13h-18h

Comment s'y rendre ?

• En voiture : Autoroute sortie 42
• En bus : Palm Bus n°25 et n°27, Bus Zou! n°650, arrêt Mougins Village

Repérez d'autres lieux d'art dans un périmètre proche sur la carte.

Découvrez notre carnet de bonnes adresses