Avec près de 1 400 œuvres et plus de 300 artistes, le MAMAC (Musée d’art moderne et d’art contemporain) couvre une vaste période allant de la fin des années 1950 jusqu’à aujourd’hui. Le musée propose un parcours en mode majeur parmi des œuvres phares du pop art et du « nouveau réalisme ». Le visiteur pourra également découvrir deux salles monographiques uniques en Europe dédiées à Yves Klein et Niki de Saint Phalle… et terminer son parcours sur le toit-terrasse offrant une vue unique sur Nice. Découvrez aussi le nouveau parcours et l’invitation faite aux artistes Aïcha Hamu et Katrin Ströbel au cœur d’une salle des collections.

Vue des terrasses - MAMAC - Sol LeWITT, Wall drawing#1004 Arcs, 2002 © Adagp, Paris 2021 – Photo : Julien Véran
Vue des terrasses - MAMAC - Sol LeWITT, Wall drawing#1004 Arcs, 2002 © Adagp, Paris 2021 – Photo : Julien Véran
Vue de la salle Yves Klein – Collection MAMAC – Accrochage 2020 © Œuvres : Succession Yves Klein / Adagp, Paris 2021 – Photo : Célia Conan
Vue de la salle Yves Klein – Collection MAMAC – Accrochage 2020 © Œuvres : Succession Yves Klein / Adagp, Paris 2021 – Photo : Célia Conan
Accrochage des collections – MAMAC, 2020 – James Rosenquist , Big Bo, 1966 / Arman, Sans-titre, 1983 / Roy Lichtenstein, Entablature #7, 1971 © Adagp, Paris 2021 – Photo : François Fernandez
Accrochage des collections – MAMAC, 2020 – James Rosenquist , Big Bo, 1966 / Arman, Sans-titre, 1983 / Roy Lichtenstein, Entablature #7, 1971 © Adagp, Paris 2021 – Photo : François Fernandez

Avec près de 1 400 œuvres et plus de 300 artistes, le MAMAC (Musée d’art moderne et d’art contemporain) couvre une vaste période allant de la fin des années 1950 jusqu’à aujourd’hui. Le musée propose un parcours en mode majeur parmi des œuvres phares du pop art et du « nouveau réalisme ». Le visiteur pourra également découvrir deux salles monographiques uniques en Europe dédiées à Yves Klein et Niki de Saint Phalle… et terminer son parcours sur le toit-terrasse offrant une vue unique sur Nice. Découvrez aussi le nouveau parcours et l’invitation faite aux artistes Aïcha Hamu et Katrin Ströbel au cœur d’une salle des collections.

Programmation

Daniel Spoerri, La Sainte Famille, 1986 Centre Pompidou, Paris – Musée national d’art moderne © Centre Pompidou, MNAM – CCI/Philippe Migeat/Dis. RMN-Grand Palais / Daniel Spoerri / Adagp, Paris 2021
Daniel Spoerri, La Sainte Famille, 1986 Centre Pompidou, Paris – Musée national d’art moderne © Centre Pompidou, MNAM – CCI/Philippe Migeat/Dis. RMN-Grand Palais / Daniel Spoerri / Adagp, Paris 2021

Le théâtre des objets de Daniel Spoerri

Lieu : Deuxième étage

Pour la première fois, le MAMAC consacre une exposition à l’artiste Daniel Spoerri, membre du Nouveau Réalisme, proche de Fluxus, initiateur de l’Eat Art. Intitulé Le Théâtre des objets, cet étonnant projet rend compte de la manière dont l’artiste se frotte au hasard, à l’anecdote et au dérisoire. L’exposition prend ainsi la forme d’une déambulation aussi surprenante et fascinante que celle d’une fête foraine avec ses pièges et attrapes, ses cabinets de curiosités et ses banquets.

Dimanche 13 février de 12h à 14h00 :
« À table ! » Troc de pique-nique : ouvert à tous ceux et toutes celles qui viennent avec un pique-nique sur lequel est inscrit son numéro de téléphone. Les sacs sont ensuite échangés, permettant de nouvelles rencontres à la fois gustatives et humaines.

Vendredi 25 février à 19h00 :
« À table ! Banquet des Homonymes » : interprété par les élèves du Lycée Pasteur,du lycée Apollinaire et du Collège du Parc Impérial ; élaboration du menu et présentation performée Réservé aux homonymes de personnages célèbres, réels ou fictifs.

Mardi 1er mars à 19h000 :
« À table ! Les œufs sont faits, rien ne va plus » : banquet sous le signe du jeu interprété par les élèves du Lycée des métiers Hôtellerie-Tourisme Paul Augier.

Dimanche 27 mars de 15h à 17h00 :
« Manger Spoerri et puis flûte ! » : Spoerri Comestible. Un goûter imaginé par Méla Patisserie Vivante où l’on pourra déguster des gâteaux à l’effigie de l’art de Daniel Spoerri suivi d’une performance de Fils de flûte qui transforme des objets du quotidien en instruments de musique.

Aïcha HAMU, Sans Titre (LV), 2021, Dessin au henné, 300 x 400 cm © Aïcha Hamu
Aïcha HAMU, Sans Titre (LV), 2021, Dessin au henné, 300 x 400 cm © Aïcha Hamu

Histoire.s de l’œil

Nouvel accrochage des collections
Lieu : Quatrième étage

Histoire de l’œil, tiré du titre éponyme de Georges Bataille, édité en 1928 sous le pseudonyme de Lord Auch.
Cette accrochage donne carte blanche aux artistes Aïcha Hamu et Katrin Ströbel, invitées à composer un dialogue avec un ensemble d’œuvres de Jean-Charles Blais, Pierre Klossowski, Robert Malaval, Julião Sarmento et Liz Magor, autour des thèmes du désir, du trouble, du corps absent ou fragmenté.

Vue de l’exposition « Isa Melsheimer – Compost », Galerie contemporaine du MAMAC, 2021  © Photo : Jean-Christophe Lett – Mamac, Nice, 2021
Vue de l’exposition « Isa Melsheimer – Compost », Galerie contemporaine du MAMAC, 2021 © Photo : Jean-Christophe Lett – Mamac, Nice, 2021
Vue de l’exposition « Isa Melsheimer – Compost », Galerie contemporaine du MAMAC, 2021  © Photo : Jean-Christophe Lett – Mamac, Nice, 2021
Vue de l’exposition « Isa Melsheimer – Compost », Galerie contemporaine du MAMAC, 2021 © Photo : Jean-Christophe Lett – Mamac, Nice, 2021
Vue de l’exposition « Isa Melsheimer – Compost », Galerie contemporaine du MAMAC, 2021  © Photo : Jean-Christophe Lett – Mamac, Nice, 2021
Vue de l’exposition « Isa Melsheimer – Compost », Galerie contemporaine du MAMAC, 2021 © Photo : Jean-Christophe Lett – Mamac, Nice, 2021
Vue de l’exposition « Isa Melsheimer – Compost », Galerie contemporaine du MAMAC, 2021  © Photo : Jean-Christophe Lett – Mamac, Nice, 2021
Vue de l’exposition « Isa Melsheimer – Compost », Galerie contemporaine du MAMAC, 2021 © Photo : Jean-Christophe Lett – Mamac, Nice, 2021
Vue de l’exposition « Isa Melsheimer – Compost », Galerie contemporaine du MAMAC, 2021  © Photo : Jean-Christophe Lett – Mamac, Nice, 2021
Vue de l’exposition « Isa Melsheimer – Compost », Galerie contemporaine du MAMAC, 2021 © Photo : Jean-Christophe Lett – Mamac, Nice, 2021

Isa Melsheimer. Compost

Lieu : Galerie contemporaine

L’artiste Isa Melsheimer interroge dans son œuvre l’architecture moderne tout autant que notre environnement naturel. Sculptures, installations, peintures et œuvres textiles forment un paysage onirique dans la galerie. Pour le MAMAC, elle propose un regard empreint d’humour et de fiction sur l’imagerie de la Côte d’Azur et la transformation de ses paysages.
Pour son exposition au MAMAC, l’artiste s’est plongée dans la riche histoire de la Côte d’Azur, territoire d’expérimentions de l’architecture moderne qui laisse aujourd’hui un héritage de villas, parfois insoupçonnables, nichées au cœur des collines et des palmiers.

Laurence AËGERTER, R.F. 1937-1-0803041149 (Ecole de Fontainebleau), 2008, Tirage 	argentique 82 x 110 cm. Achat à l’artiste en 2010. MAMAC, Nice © Photo Muriel Anssens/Ville de Nice - Adagp, Paris 2022
Laurence AËGERTER, R.F. 1937-1-0803041149 (Ecole de Fontainebleau), 2008, Tirage argentique 82 x 110 cm. Achat à l’artiste en 2010. MAMAC, Nice © Photo Muriel Anssens/Ville de Nice - Adagp, Paris 2022

Revers

Nouvel accrochage des collections
Lieu : Quatrième étage

Avec Revers, le MAMAC dévoile une expérience sensible d’un musée imaginaire. Saurez-vous retrouver à qui appartiennent ces caisses de transport ou ces silhouettes fantomatiques sur les murs ? Cette investigation qui ouvre sur l’histoire des collections et le regard porté par des artistes, chorégraphes, comédiens ou musiciens, dessine en filigranes une histoire vivante et immatérielle du musée d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Accès

Du 1er novembre au 30 avril de 11 h à 18h et du 2 mai au 31 octobre de 10 h à 18h.
Le musée est fermé le 1er janvier, le dimanche de Pâques, le 1er mai, et le 25 décembre.

1, place Yves-Klein
06000 Nice
+33 (0)4 97 13 42 01

mamac-nice.org

@mamacnice_officiel

Repérez d'autres lieux d'art dans un périmètre proche sur la carte.

Découvrez notre carnet de bonnes adresses

À VOIR/À FAIRE

Parc de la Colline du Château : promenade sur la colline du Château de Nice, pour une vue royale sur la Baie des Anges, une balade à la fraîche et hors du temps aux abords du très beau cimetière néo-classique.

BOIRE UN VERRE

• Place du Pin : côté Vieux-Nice, dans ce que les Niçois appellent leur “Petit Marais”.
Le Negresco : lieu emblématique comprenant un hôtel, deux restaurants et un bar.

Sur les toits de Nice

Tous les grands hôtels du bord de mer ont leurs rooftops. Une bonne idée pour un cocktail, un déjeuner ou un café.

SE LOGER

Le Windsor, Jungle Art Hotel : hôtel de charme aux chambres décorées d'œuvres d’art contemporain. Beau jardin pour les petits dej ou cocktails…
Hôtel Amour : le dernier né de la famille Amour : 38 chambres, un restaurant, une piscine sur le toit, un patio arboré, des meubles et objets collectionnés.

SE RESTAURER

Le Plongeoir : restaurant méditerranéen gastronomique dans un cadre chic incroyable en bord de mer.
Bocca : la nouvelle expérience food et lifestyle vibrante de Nice : restaurant de partage, rooftop luxuriant et ambiance joyeuse.
Le Lavomatique : cuisine bistronomique, délicieuses petites bouchées à partager dans la vieille ville.
Le Local : une adresse préservée quartier du port, des produits et une cuisine italienne de grande qualité très abordable et un service élégant.
La Buvette du musée Chagall : restauration rapide, une pause agréable et champêtre en plein cœur de Nice ! Le jardin du musée Chagall, est libre d'accès à tous aux jours et horaires d'ouverture du musée.
Socca du Cours Saleya : une cuisine Nissarde comme on les aime, à emporter !

Sur la plage de Nice :

Castel Plage : cuisine bistronomique, parasol et transats.
Le Galet : bar lounge, spa et transats, face aux jardins Albert Ier.