LUMA Arles est un campus créatif interdisciplinaire où à travers des expositions, des conférences, du spectacle vivant, de l’architecture et du design, des penseurs, artistes, chercheurs, scientifiques, interrogent les relations qu’entretiennent art, culture, environnement, droits humains et recherche. Le centre culturel se situe sur le Parc des Ateliers, une ancienne friche ferroviaire de 11 hectares. Les jardins, le parc et l’étang qui entourent le campus sont l’œuvre de l’architecte de paysages Bas Smets.

Parc des Ateliers, LUMA Arles, France © Adrian Deweerdt
Parc des Ateliers, LUMA Arles, France © Adrian Deweerdt
Parc des Ateliers, LUMA Arles, France © Adrian Deweerdt
Parc des Ateliers, LUMA Arles, France © Adrian Deweerdt
Parc des Ateliers, LUMA Arles, France © Adrian Deweerdt
Parc des Ateliers, LUMA Arles, France © Adrian Deweerdt
Parc des Ateliers, LUMA Arles, France © Adrian Deweerdt
Parc des Ateliers, LUMA Arles, France © Adrian Deweerdt

LUMA Arles est un campus créatif interdisciplinaire où à travers des expositions, des conférences, du spectacle vivant, de l’architecture et du design, des penseurs, artistes, chercheurs, scientifiques, interrogent les relations qu’entretiennent art, culture, environnement, droits humains et recherche. Le centre culturel se situe sur le Parc des Ateliers, une ancienne friche ferroviaire de 11 hectares. Les jardins, le parc et l’étang qui entourent le campus sont l’œuvre de l’architecte de paysages Bas Smets.

Programmation

DRIFT. Portrait par Teska Overbeeke.
DRIFT. Portrait par Teska Overbeeke.

Living Landscape, DRIFT

Lieu : Parc des Ateliers

L’exposition de ce collectif composé d’artistes multidisciplinaires basé à Amsterdam réunira deux de ses œuvres interactives les plus innovantes et immersives, Coded Nature et Murmuring Minds. Présentées ensemble, ces deux créations se conjugueront en une installation inédite, faisant appel à des outils technologiques performants pour concevoir un environnement singulier qui interroge l’expérience des sens et des phénomènes humains et mécaniques.

© Diana Thater Courtesy the artist and David Zwirner
© Diana Thater Courtesy the artist and David Zwirner
© Diana Thater Courtesy the artist and David Zwirner
© Diana Thater Courtesy the artist and David Zwirner
© Diana Thater Courtesy the artist and David Zwirner
© Diana Thater Courtesy the artist and David Zwirner
Diana Thater in Chernobyl. Photo by Volodymyr Palylyk, 2010
Diana Thater in Chernobyl. Photo by Volodymyr Palylyk, 2010

Practical Effects, Diana Thater

Lieu : La Tour, Glassroom, Niveau -2

Abordant à travers un regard poignant et nostalgique l’idée d’une vie postapocalyptique, Practical Effects suit un robot-primate biomimétique qui, en tant que dernier être vivant sur Terre, a été chargé de prendre soin d’un jardin rempli d’animaux finement sculptés dans la végétation. Privé de tout contact humain, animal ou mécanique, le robot coloré mais usé par les éléments ne peut trouver de la compagnie que dans les figures topiaires manucurées dont il s’occupe, mettant en avant une vision étrange et tragicomique de la façon dont les mondes organique et inorganique pourraient un jour entrer en collision, et se soutenir mutuellement de manières inattendues.

Vue de l’exposition Rirkrit Tiravanija: A LOT OF PEOPLE présentée au MoMA PS1 du 12 octobre 2023 au 4 mars 2024. Image courtesy MoMA PS1. Photo © Kyle Knodell
Vue de l’exposition Rirkrit Tiravanija: A LOT OF PEOPLE présentée au MoMA PS1 du 12 octobre 2023 au 4 mars 2024. Image courtesy MoMA PS1. Photo © Kyle Knodell
Rirkrit Tiravanija. untitled 1990 (pad thai). 1990. Technique mixte. Vue de l’exposition Rirkrit Tiravanija: A LOT OF PEOPLE présentée au MoMA PS1 du 12 octobre 2023 au 4 mars 2024. Image courtesy MoMA PS1. Photo © Kyle Knodell
Rirkrit Tiravanija. untitled 1990 (pad thai). 1990. Technique mixte. Vue de l’exposition Rirkrit Tiravanija: A LOT OF PEOPLE présentée au MoMA PS1 du 12 octobre 2023 au 4 mars 2024. Image courtesy MoMA PS1. Photo © Kyle Knodell
e gauche à droite : Rirkrit Tiravanija. untitled 2021 (mañana es la cuestión). Sérigraphie sur table de ping-pong et pagaies. U.F.O. - NAUT JK (Július Koller). Mexico, 2012. Impression numérique. Vue de l’exposition, Rirkrit Tiravanija : A LOT OF PEOPLE, présentée au MoMA PS1 du 12 octobre 2023 au 4 mars 2024. Image courtesy MoMA PS1. Photo © Kyle Knodell
e gauche à droite : Rirkrit Tiravanija. untitled 2021 (mañana es la cuestión). Sérigraphie sur table de ping-pong et pagaies. U.F.O. - NAUT JK (Július Koller). Mexico, 2012. Impression numérique. Vue de l’exposition, Rirkrit Tiravanija : A LOT OF PEOPLE, présentée au MoMA PS1 du 12 octobre 2023 au 4 mars 2024. Image courtesy MoMA PS1. Photo © Kyle Knodell
Rirkrit Tiravanija. untitled 1993 (café deutschland) (détail). Quatre chaises, une table, des étagères en métal, des livres empilés, technique mixte, du café turc et beaucoup de monde. Vue de l’exposition, Rirkrit Tiravanija : A LOT OF PEOPLE, présentée au MoMA PS1 du 12 octobre 2023 au 4 mars 2024. Image courtesy MoMA PS1. Photo © Kyle Knodell
Rirkrit Tiravanija. untitled 1993 (café deutschland) (détail). Quatre chaises, une table, des étagères en métal, des livres empilés, technique mixte, du café turc et beaucoup de monde. Vue de l’exposition, Rirkrit Tiravanija : A LOT OF PEOPLE, présentée au MoMA PS1 du 12 octobre 2023 au 4 mars 2024. Image courtesy MoMA PS1. Photo © Kyle Knodell

A LOT OF PEOPLE, Rirkrit Tiravanija

Lieu : Les Forges

Dès le début de sa pratique, Rirkrit Tiravanija (Thaïlandais, né en 1961) a utilisé comme matériau essentiel la présence de « beaucoup de gens » – terme volontairement expansif qui se présente comme une invitation ouverte à chacun·e et à n’importe qui, dans le présent et dans le futur. Cette exposition Rirkrit Tiravanija est conçue en partenariat avec le MoMA PS1, où elle a été présentée pour la première fois en 2023. Large rétrospective de son œuvre, elle est l’une des plus grandes expositions de l’artiste à ce jour en Europe.

Erika Verzutti, Venus com Espatula, 2013 Porcelaine, argile, acrylique et côte de poterie 17 x 17 x 36 cm Photo © Eduardo Ortega
Erika Verzutti, Venus com Espatula, 2013 Porcelaine, argile, acrylique et côte de poterie 17 x 17 x 36 cm Photo © Eduardo Ortega

The Life of Sculptures, Erika Verzutti

Lieu : La Tour, Galerie Est, Niveau 0

Erika Verzutti (1971) est une sculptrice brésilienne qui vit et travaille entre São Paulo et l’Europe. Verzutti sera en résidence à LUMA Arles de mai à juillet 2024. Cette résidence constitue une plateforme permettant à Verzutti de produire un ensemble
significatif de nouvelles œuvres, de présenter une exposition, The Life of Sculptures, et de développer un projet de film en
cours qui sera tourné à Arles. La pratique plurielle de Verzutti en tant que sculptrice englobe des formes organiques, humaines et animales, des références à l’art moderne et moderniste, des citations d’architecture et d’art brésiliens, ainsi qu’une suggestivité ludique proche de l’érotisme.

© Lee Friedlander, courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco and Luhring Augustine, New York
© Lee Friedlander, courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco and Luhring Augustine, New York
© Lee Friedlander, courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco and Luhring Augustine, New York
© Lee Friedlander, courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco and Luhring Augustine, New York
© Lee Friedlander, courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco and Luhring Augustine, New York
© Lee Friedlander, courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco and Luhring Augustine, New York
© Lee Friedlander, courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco and Luhring Augustine, New York
© Lee Friedlander, courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco and Luhring Augustine, New York

Lee Friedlander Framed by Joel Coen

Lieu : La Tour, Galerie des Archives, Niveau -2

Une exposition née de la collaboration entre le photographe américain et le célèbre cinéaste. À travers 70 tirages et un film, l’exposition passe en revue les 60 ans de carrière de Friedlander. La sélection de Joel Coen synthétise son approche singulière en matière de composition et dévoile une affinité inattendue entre ces deux artistes : tous deux explorent avec fascination le pouvoir sournois des images : cadre fragmenté, composition trompeuse, plan disloqué, effet de miroir. Véritable mise en abyme cinématographique, l’exposition déroule les tirages tels des mini récits individuels, étranges et anonymes.

Gustav Metzger, Historic Photographs: To Crawl Into – Anschluss, Vienna, March 1938, photographie noir et blanc sur vinyle et couverture en coton, 1996-2011. Vue de l’installation, Gustav Metzger, Act or perish!, Centre d’Art Contemporain Znaki Czasu, Toruń, Pologne. © Wojciech Olech. Avec l’aimable autorisation du Centre d’Art Contemporain Znaki Czasu à Toruń
Gustav Metzger, Historic Photographs: To Crawl Into – Anschluss, Vienna, March 1938, photographie noir et blanc sur vinyle et couverture en coton, 1996-2011. Vue de l’installation, Gustav Metzger, Act or perish!, Centre d’Art Contemporain Znaki Czasu, Toruń, Pologne. © Wojciech Olech. Avec l’aimable autorisation du Centre d’Art Contemporain Znaki Czasu à Toruń
Gustav Metzger, Liquid Crystals Environment, 1965-2009, 7 projecteurs de diapositives kodak SAV 2050 avec unités de contrôle, filtres polarisés rotatifs, cristaux liquides. Vue de l’installation, Gustav Metzger, Musée d’art contemporain, Lyon, France. © Blaise Adilon. Avec l’aimable autorisation du Musée d’art contemporain, Lyon
Gustav Metzger, Liquid Crystals Environment, 1965-2009, 7 projecteurs de diapositives kodak SAV 2050 avec unités de contrôle, filtres polarisés rotatifs, cristaux liquides. Vue de l’installation, Gustav Metzger, Musée d’art contemporain, Lyon, France. © Blaise Adilon. Avec l’aimable autorisation du Musée d’art contemporain, Lyon

Archives Hans Ulrich Obrist – Chapitre 4 : Gustav Metzger – Chacun de nous, tous ensemble

Lieu : La Tour, Galerie du Cerisier, Niveau -2 et Underground -3

Pour ce quatrième chapitre, les Archives Hans Ulrich Obrist à LUMA Arles présentent une exploration de l’œuvre de Gustav Metzger (né le 10 avril 1926 à Nuremberg, décédé le 1er mars 2017 à Londres), figure essentielle pour l’écologie et de l’activisme dans les arts. S’appuyant sur une amitié de deux décennies entre Metzger et Obrist, l’exposition, déployée sur deux niveaux, offre à la fois une immersion au cœur d’archives inédites, mais aussi un panorama des œuvres les plus emblématiques de l’artiste, dont la pertinence est plus que jamais urgente.

William Kentridge. Image extraite du film You Whom I Could Not Save, 2023. Vidéo monocanal HD 7 minutes 23 secondes. Courtesy William Kentridge Studio
William Kentridge. Image extraite du film You Whom I Could Not Save, 2023. Vidéo monocanal HD 7 minutes 23 secondes. Courtesy William Kentridge Studio
William Kentridge Tightrope of Our Hope, 2023 Fusain, crayon de couleur, impression numérique, collage et encre de Chine sur papier 124 cm de diamètre Courtesy William Kentridge Studio
William Kentridge Tightrope of Our Hope, 2023 Fusain, crayon de couleur, impression numérique, collage et encre de Chine sur papier 124 cm de diamètre Courtesy William Kentridge Studio
William Kentridge. More Sweetly Play The Dance, 2015. Film HD à huit canaux, quatre mégaphones, 15 minutes. Courtesy Maja Hoffmann / collection de LUMA Foundation et de l’artiste
William Kentridge. More Sweetly Play The Dance, 2015. Film HD à huit canaux, quatre mégaphones, 15 minutes. Courtesy Maja Hoffmann / collection de LUMA Foundation et de l’artiste
William Kentridge The Great Yes, The Great No © Stella Olivier
William Kentridge The Great Yes, The Great No © Stella Olivier

Je n’attends plus, William Kentridge

Lieu : La Mécanique Générale, Face Nord

William Kentridge compte parmi les artistes les plus protéiformes de sa génération. Alliant le dessin, le film, la sculpture, ainsi que le théâtre et l’opéra, il est renommé pour sa pratique politiquement engagée. Conjointement avec sa nouvelle création mondiale The Great Yes, The Great No, qui fera ses débuts à LUMA Arles cet été, l’exposition Je n’attends plus présente un ensemble d’œuvres majeures dont certaines inédites en Europe. Portant sur la migration, l’oppression des peuples, la transmission de l’histoire et le rôle de l’artiste dans une société sous contrainte, l’exposition réunit un remarquable ensemble expérimental et performatif.

Theaster Gates, Vessel at Theaster Gates Studio, 2020 Photo © Chris Strong Courtesy of Theaster Gates Studio
Theaster Gates, Vessel at Theaster Gates Studio, 2020 Photo © Chris Strong Courtesy of Theaster Gates Studio
Theaster Gates, Vessel in Theaster Gate’s Clay Studio, 2020 Photo © Chris Strong Courtesy of Theaster Gates Studio
Theaster Gates, Vessel in Theaster Gate’s Clay Studio, 2020 Photo © Chris Strong Courtesy of Theaster Gates Studio
Theaster Gates dans son studio à Chicago. Photo © Lyndon French Courtesy of Theaster Gates Studio.
Theaster Gates dans son studio à Chicago. Photo © Lyndon French Courtesy of Theaster Gates Studio.

Le chant du centre, Theaster Gates

Lieu : La Grande Halle, Est

Nouveau concept artistique en collaboration avec Theaster Gates dans le cadre d’un engagement au long terme auprès de cet artiste de renom. Gates mettra à l’honneur ses origines artistiques en tant que potier et élargira cette proposition spéculative en transformant La Grande Halle de LUMA Arles en un atelier de production expérimentale de céramiques. Gates y prolongera son intérêt pour la tradition japonaise du mouvement Mingei en invitant les visiteur·euses à observer la performance et le processus de fabrication, approfondissant ainsi notre appréciation collective de l’importance historique et contemporaine de l’argile comme médium.

“Judy Chicago: Herstory,” 2023. Vue d’exposition, New Museum, New York. Courtesy New Museum. Photo © Dario Lasagni
“Judy Chicago: Herstory,” 2023. Vue d’exposition, New Museum, New York. Courtesy New Museum. Photo © Dario Lasagni
“Judy Chicago: Herstory,” 2023. Vue d’exposition, New Museum, New York. Courtesy New Museum. Photo © Dario Lasagni
“Judy Chicago: Herstory,” 2023. Vue d’exposition, New Museum, New York. Courtesy New Museum. Photo © Dario Lasagni
Judy Chicago, Through the Flower 2, 1973. Peinture acrylique en spray sur toile 152.4 x 152.4 cm. Collection Diane Gelon. © Judy Chicago/Artists Rights Society (ARS), New York. Photo © Donald Woodman/Artists Rights Society (ARS), New York
Judy Chicago, Through the Flower 2, 1973. Peinture acrylique en spray sur toile 152.4 x 152.4 cm. Collection Diane Gelon. © Judy Chicago/Artists Rights Society (ARS), New York. Photo © Donald Woodman/Artists Rights Society (ARS), New York
Portrait de Judy Chicago, 2023. © Donald Woodman/Artists Rights Society (ARS), New York. Photo © Donald Woodma
Portrait de Judy Chicago, 2023. © Donald Woodman/Artists Rights Society (ARS), New York. Photo © Donald Woodma

Herstory, Judy Chicago

Lieu : Le Magasin Électrique, Bloc A

Présentée au New Museum de New York en 2023, l’exposition constitue à ce jour la rétrospective la plus complète de l’artiste féministe emblématique dans un musée new-yorkais. LUMA Arles l’accueillera sous une forme repensée et élargie s’appuyant sur le succès de celle du New Museum. Couvrant plus de soixante ans de la carrière de l’artiste pour l’exposition la plus vaste de son œuvre en Europe, Herstory retrace la pratique de Chicago depuis ses premières expérimentations minimalistes dans les années 1960 et son art féministe révolutionnaire des années 1970 jusqu’à ses séries des années 1980 et 1990.

Accès

LUMA Arles
Parc des Ateliers
35, avenue Victor-Hugo
13200 Arles
luma-arles.org

Ouvert du mercredi au lundi de 10h00 à 18h00.

Repérez d'autres lieux d'art dans un périmètre proche sur la carte.

Découvrez notre carnet de bonnes adresses

À VOIR/À FAIRE

L’Aire, petit centre d’art : restaurant et galerie d’art (direction artistique Cyrille Putman).
La Croisière : espace éphémère en plein cœur de Arles avec restaurant, bar à jus, cinéma plein air, librairie, épicerie, expositions, cours de yoga, terrain de pétanque, musique, bien-être...
Musée Reattu : musée créé autour des œuvres du peintre arlésien Jacques Réattu et d'une collection de dessins de Picasso ; le lieu est également consacré à la photographie et à l'architecture.
Georges Selz : magasins d’antiquités.
Maison Fragonard : le célèbre parfumeur grassois a choisi de poser ses valises à deux pas du célèbre amphithéâtre romain et du théâtre antique.

SE LOGER

L’Arlatan : the place to be à Arles ! Une œuvre d’art totale signée Jorge Pardo. Un univers coloré où dormir, manger, ou siroter un cocktail.
Le Cloître : un écrin designé par India Mahdavi. Sur une placette au cœur d’Arles, une Maison où l’on profite du farniente provençal.
Le Nord-Pinus : sur sa terrasse, à son bar ou dans ses chambres, ce haut-lieu de la vie arlésienne a vu Hemingway, Cocteau, Picasso, Inès de la Fressange ou Kate Moss.

SE RESTAURER

La Chassagnette : un hommage à la richesse du végétal qui se mêle aux viandes et poissons des producteurs locaux, par le chef Armand Arnal. Une étoile au Guide Michelin.
Le Chardon : ce lieu de vie, d’échange et de partage situé dans le centre d’Arles accueille des chefs en résidence.
Bazar Café : coffee shop, brunch, cuisine saine et gourmande, biologique et de saison.
Infini Café : authentique café bio en grains, chocolat chaud préparé avec des morceaux de chocolat et gâteaux maison.
Le Tambourin : cuisine traditionnelle et provençale à déguster sur une terrasse ombragée, sous les majestueux platanes de la place du Forum.
Monstre : galerie, café, restaurant, huile d’olive, sel, poivre.
Le Gibolin : bistrot, bar à vin et cuisine bio dans le quartier atypique de la Roquette.
Le Galoubet : recettes délicates à déguster sur une jolie terrasse, en plein cœur de la vieille ville.
Mon Bar : spécialités provençales, plats de brasserie mais aussi recettes créoles. Une terrasse incontournable.
Restaurant-Hôtel Le Voltaire : situé à 5 minutes à pied de la gare, en centre ancien, près des quais du Rhône, au pied des Arènes.